test

La visée au canon pendant la Seconde Guerre mondiale

Le terme « visée » n’est pas très adéquat pour la plupart des
canons et obusiers: étant donné que les soldats n’apercevaient pas
leur objectif, leur « visée » était le résultat d’un calcul et de
corrections données par un observateur, et non une visée au sens classique du
terme. Sur les canons antichars ou antiaériens, par contre, le viseur était un
instrument indispensable. Pour que la visée soit correcte, deux paramètres
doivent être pris en compte : l’azimut (« gauche-droite ») et la
distance (l’altitude dans le cas d’un avion).

Si le cas de l’azimut est évident et se réglait avec un simple croisillon,
le problème de la distance est plus ardu. Excepté à très courte portée, la
trajectoire d’un obus n’est pas droite. Donc, même si l’azimut est correct,
l’obus va manquer son objectif si la distance estimée est fausse.
Pendant la Seconde Guerre, les seuls instruments pour estimer la distance sont
les télémètres optiques (4). Comme la plupart des jumelles actuelles, leur
principe de base était la triangulation :

Au moment du tir, l’objectif continue à avancer. Il faut viser le point ou
sera l’objectif au moment où l’obus arrivera à sa hauteur
l’objectif était l’un des sommets, les deux oculaires étaient les deux autres.
Quand l’image devenait nette, c’est que le bon angle avait été trouvé et la
distance pouvait se calculer. La qualité d’un télémètre (outre le problème de
travail du verre qui le composait) dépend de la distance entre les deux oculaires
: plus elle est grande, plus le télémètre est précis. Il y avait une
contradiction entre la portabilité et la précision des télémètres.

Le mouvement de la cible compliquait encore la tâche du canonnier. Le cas du
tir sur un objectif en mouvement était le plus courant. Quasiment tous les tirs
contre chars, avions ou navires supposaient un objectif en mouvement. Pour
toucher une telle cible, il faut tirer devant elle. Les viseurs des canons
antichars ou antiaériens prévoyaient, autour du croisillon, une série de
graduation qui permettait d’estimer la vitesse de l’objectif. En fonction de la
distance donnée par le télémètre, on en déduisait la correction à apporter au
croisillon pour viser le point où serait l’objectif. Un observateur (le
canonnier lui-même ou un collègue) observait la traçante par rapport à
l’objectif et pouvait donner des corrections supplémentaires si le premier coup
ratait sa cible.

Le mouvement de la cible n’est pas la seule complication possible : le canon
lui-même pouvait être en mouvement. Si cela ne changeait rien à la visée
elle-même (peu importe où se trouve le canon quand l’obus arrive sur sa cible,
seul le moment où l’obus quitte le tube compte), par contre les mouvements
anarchiques de son arme rendaient le tir précis quasiment impossible. Vers la
fin de la guerre, beaucoup de chars anglo-saxons installèrent des systèmes de
stabilisation en élévation du canon de leurs chars (les mouvement haut-bas
étaient compensés par un système hydraulique qui relevait ou abaissait
automatiquement le canon). Cela ne permettait pas vraiment un tir précis en mouvement
: pour tirer, un char commençait par se stopper. Seuls les avions (pas question
de stopper pour tirer, mais l’air n’est pas aussi irrégulier qu’un champ
labouré) ou les navires pratiquèrent le tir en mouvement.